Période des Croisés

Reconstruction du couvent croisé -B. Bagatti

Commence ainsi une nouvelle période dans la phase de l'histoire de la Terre Sainte. A cause des difficiles conditions vécue dans les territoires de Bethléem, les chrétiens demandèrent de l'aide à Godefroy de Bouillon en poste à Emmaüs. L'arrivée des croisés exacerbèrent les rapports entre les musulmans et les chrétiens : ceux-ci espéraient la libération de la ville par les croisés.

De fait, une centaine de cavaliers guidés par Tancrède conquirent la ville, qui depuis cette période connut un siècle d'or. Depuis ce moment s'intensifièrent les rapports avec l'Europe au travers d'échanges commerciaux et de pèlerinages. Les croisés donneront aussi un nouvel aspect à la ville, érigeant un monastère pour les canoniques Augustiniens. Celui-ci correspond aujourd'hui, au couvent des franciscains, auquel fut confiés le service liturgique dans la Basilique et l'accueil des pèlerins, alors qu'aux rites orientaux sera donné la possibilité de célébrer leur propre liturgie.

Le 24 décembre 1100, Baudouin Ier fut couronné premier roi de Jérusalem. Dès lors la ville sera directement dépendante du Patriarcat de Jérusalem et deviendra ainsi siège épiscopale et centre diocésain . Entre 1165-1169, par volonté de l'évêque Rodolfo, débute la restauration de la basilique, avec la contribution économique du roi croisé Andronic Ier et de l'empereur de Constantinople, Manuel Comnène Porphyrogénète, comme en témoigne du pèlerin Phocas. Cette collaboration est un signe clair de l'unité entre Eglise d'Orient et d'Occident. A la suite de la défaite des croisés en 1187 à Hattin en Galilée contre Saladin Salah al-Din ibn Ayyoub, Bethléem est de nouveau occupée.

La communauté latine de la ville de Bethléem abandonne alors celle-ci, et n'y retournera qu'en 1192 quand les musulmans concèderont aux latins de reprendre le culte moyennant le paiement d'un lourd tribut. Sûrement l'histoire de Bethléem, comme celle de tous les lieux saints, prit de l'importance lors du voyage de François d'Assise qui, entre 1219-1220, se rendit en orient avec 12 autres de ses frères. Il est probable que François d'Assise se rendit à Bethléem en raison de son attachement à l’image de la crèche comme nous le rappelle la tradition ; mais ceci ne nous est cependant confirmé d'aucune source. Cependant, il est certain que le frère qui arriva par le port d'Acre avec les Croisés, se rendit en Egypte à la cour du sultan Malek al-Karmil ; celui-ci, touché de la personnalité du saint, lui accorda un laissez-passer pour le voyage en Palestine . Quelques-uns de ses compagnons déjà arrivés en Palestine dans les années précédentes, se sont arrêtés sur cette Terre au service de l'Eglise.

A la suite des deux trêves, une entre l'empereur Frédérique II et le Sultan d'Egypte, et l'autre entre le roi de Navarre et du Sultan de Damas, Bethléem passa sous le Règne Latin de Jérusalem entre 1229-1244. Le Règne dura un peu plus d'une décennie parce que en 1244 l'invasion des Carismini en Palestine déstabilisa de nouveau les territoires.