Entrée et narthex en détails

Narthex

Le narthex que l’on peut voir actuellement a été modifié par rapport à l’original, et il en est beaucoup plus réduit. Le pavement est celui du IVe siècle, mais les murs, recouverts de plâtre, ne restituent pas leur beauté originelle, puisque la basilique entière devait être revêtue de plaques de marbre blanc veiné. L’on suppose, sur la base des études d’architecture byzantine, que le narthex était décoré, non seulement avec du marbre, mais aussi enrichi de mosaïques.

Après les restaurations, qui seront effectuées d’ici peu, et avec l’enlèvement des plâtres, les mosaïques murales pourront enfin être rendues à la lumière. L’espace du narthex justinien est divisé en 4 zones. A l’époque croisée, les deux extrémités étaient les bases des campaniles qui s’élevaient sur quatre niveaux. Ces deux espaces, caractérisés par des arches typiquement croisée, sont désormais devenus, pour l’un, la porterie du monastère arménien, l’autre ayant pris le nom de chapelle de Ste Hélène, propriété des frères franciscains. Dans l’entrée du monastère arménien, les murs ont été nettoyés, et rendus à leur état originel : l’on peut y voir les trous utilisés pour fixer le marbre de revêtement. Le plâtre sur les murs du narthex n’aide pas à envisager la dimension des portes latérales, visibles uniquement de l’intérieur de la basilique, où le mur de plâtre se décollait.

La zone décrite est un passage obligatoire pour tous les pèlerins qui veulent accéder à la basilique depuis le parvis, et représente un espace commun aux trois communautés. C’est pour cela que d’importants travaux d’entretien seraient nécessaires pour la consolidation de la structure.