Le cloître de St Jérôme

Le cloître de St Jérôme

Le cloître de St Jérôme, appelé ainsi à cause de son accès direct à la grotte du saint, fut restauré par l’architecte Antonio Barluzzi en 1947. A cette occasion, l’architecte aida le père Bagatti pour les fouilles archéologiques des grottes du bas. Pour la restauration du cloître, l’on dut procéder à l’insertion de colonnes alternatives pour soutenir la structure.

Cette insertion fut faite dans le respect de conservation de la structure : on le voit clairement avec les chapiteaux modernes, simples et linéaires, qui alternent avec ceux, croisés, plus richement décorés. En entrant dans le cloître, on arrive à la chapelle de Ste Hélène, qui est le reste de la base du campanile croisé, avec des fresques du XIIe siècle, mal conservées, mais d’un style très intéressant.

Du côté opposé, se trouve l’entrée du couvent franciscain, agrandi par rapport au couvent croisé, dont il reste le vestibule avec des arcs en ogive, les murs périmétraux avec accès au côté nord du couvent, le dépôt et les citernes, certaines d’époque récente. A travers les souterrains du couvent, il est possible d’accéder au lieu que la Tradition désigne comme étant celui du « lavement de Jésus ».

Le cloître de St Jérôme