Dans l’Ancien Testament

Roi David

La ville de Bethléem est citée pas moins de 44 fois dans l’Ancien Testament, et porte le nom de « Bethléem de Juda », de sa tribu d’appartenance, pour la distinguer de la localité homonyme, située sur le territoire de Zabulon, en Galilée. Bethléem est mentionnée pour la première fois dans la Bible, à propos de Rachel, épouse de Jacob, qui mourut aux environs de la ville, en donnant naissance à Benjamin, « le fils de la vieillesse ». Elle fut enterrée sur la route de Jérusalem à Bethléem (Genèse 35, 19).

Rappelons également l’histoire d’Elimelek et de sa femme Noémie, laquelle après avoir séjourné en terre de Moab, retourna à Bethléem avec sa belle-fille, Ruth. Celle-ci épousa Booz ; de cette union naquit Jessé, qui engendra à son tour David. Une des plus grandes gloires de Bethléem est d’avoir vu naître David, qui fut consacré roi d’Israël à la place de Saül, par le prophète Samuel, sur ordre de Dieu (1 Sam 16, 1-14). David, le benjamin de sa fratrie, fut choisi sur indication du Seigneur. Son charme indéniable et sa grande bravoure firent sa renommée dans le royaume, et il devint bientôt roi des Hébreux. C’est pour cette raison que Bethléem est aussi appelée « Cité de David ». Mais sa vraie grandeur est d’être la ville où naquit Jésus, Messie et Fils de Dieu.

Le prophète Michée l’avait prophétisé en ces termes : « Et toi Bethléem, Ephrata, petite parmi les clans de Juda, c’est de toi que sortira pour moi celui qui doit gouverner Israël. Ses origines remontent aux temps jadis, aux jours antiques » (5,1). Pour le prophète Michée, le Messie, outre sa naissance à Bethléem, devait également être un descendant de David selon la chair. Et bien, c’est justement aux alentours de Bethléem, que commença l’idylle de Ruth la Moabite et Booz (Ruth 2, 8-22). De leur mariage naquit Obed, père de Jessé, qui fut père de David. Joseph, l’époux de Marie, et père adoptif de Jésus, est issu, quant à lui, de cette lignée davidique.