La stupeur : les bergers de Bethléem

Giotto, Nativitè, detaille-Basílique Supérieur d'Assise

Les premiers destinataires de la Révélation céleste sont des bergers, hommes simples, et donc, ouverts à la foi. Les bergers deviennent récepteurs de la Révélation, mais également médiateurs du message que leurs oreilles ont entendu. Ils sont les représentants du peuple d’Israël ; c’est à eux qu’est annoncée la nouvelle « qui réjouira tout le peuple ».

L’image que nous pouvons avoir des bergers dans les Evangiles, est celle d’hommes vrais, qui vivent simplement et gardent leurs troupeaux avec fidélité et soin. L’événement céleste entre quasi par inadvertance dans le quotidien simple, sobre et désenchanté de ces hommes. Les bergers accueillirent avec foi le message de l’ange, et s’en allèrent sans plus tarder vers Bethléem, où ils reconnurent le signe annoncé. Ces bergers préfigurent l’action évangélisatrice de l’Eglise apostolique, et de l’Eglise de tout temps. L’Ange-messager de la bonne nouvelle est un personnage récurrent dans la tradition mythique. Ici comme ailleurs, c’est la peur qui se manifeste d’abord, une crainte sacrée face à une réalité autre, surhumaine et insaisissable, celle de Dieu. Mais l’ange rassure les bergers : « ne craignez pas », car son annonce est faite pour susciter une grande joie : la naissance du Sauveur attendu.

L’ange annonce aux bergers qu’ils trouveront le nouveau-né enveloppé de langes, couché dans une mangeoire : c’est à ce signe qu’ils reconnaîtront le Messie. L’apparence sous laquelle Jésus choisit de s’incarner, contraste singulièrement avec l’image d’un Messie glorieux, surgeon de David, que pouvait avoir en tête le peuple d’Israël. Bien au contraire ! C’est un tout petit enfant que les bergers contemplent, couché dans une mangeoire, lieu insolite, s’il en est. Dieu montre ainsi que ses desseins se réalisent d’une tout autre façon que ce à quoi peuvent s’attendre les hommes… Dieu qui choisit toujours les plus simples pour manifester sa puissance, qui choisit la vie la plus humble pour se manifester à l’homme. La puissance de Dieu est si insondable et si grande, que l’homme peine à la comprendre, et c’est pourquoi Dieu choisit de se rendre proche de l’homme, de se faire son égal, afin de se faire connaitre.

La stupeur : les bergers de Bethléem