Hic et nunc : La tradition liturgique

L'enfant de Bethléem

La Liturgie dans tous les Lieux Saints, comme à Bethléem, est la mémoire quotidienne des événements de la vie de Jésus Christ, qui sont rappelés et vécus dans les Lieux mêmes que la Tradition indique comme étant ceux touchés par la vie terrestre du Fils de Dieu. La liturgie des Lieux Saints n’est pas qu’une simple pratique solennelle, mais représente une manière continuelle de faire mémoire de ce hic et nunc, qui est, dans le cas de Bethléem, l’incarnation du Sauveur et sa venue parmi les hommes. Ce rituel est attesté depuis l’Antiquité. Parmi les documents les plus significatifs, citons l’Itinéraire d’Egérie, et le lectionnaire arménien de Jérusalem, qui décrivent les usages liturgiques des Lieux Saints aux IVe et Ve siècles.

Ces documents nous donnent des indications sur les célébrations de Noël et de l’Epiphanie, et des pèlerinages qui se faisaient dans les lieux de culte liés aux événements de la naissance du Sauveur. Il est clair que l’enchainement des célébrations de Noël a une importance fondamentale dans la vie des églises locales et des pèlerins qui arrivent du monde entier à la basilique de la Nativité. Les célébrations du Premier dimanche de l’Avent ouvrent l’année liturgique ; le Custode de Terre sainte fait son entrée solennelle dans la Basilique. Suivent les premières Vêpres. Le temps de l’Avent est entièrement tourné vers la préparation des célébrations de Noël : la Veillée de la nuit, la messe de l’Aurore, et celle du matin, présidée par le Patriarche de Jérusalem depuis le XIXe siècle. Jusque là, elle était présidée par le Custode. Ces célébrations se concluent avec l’Epiphanie, fête de la manifestation de Jésus aux Mages.

Outre les solennités de Noël, d’autres fêtes secondaires, toujours liés à l’histoire néotestamentaire, sont également célébrées : les saints Innocents (28 décembre), qui rappelle la massacre des enfants de Bethléem sur ordre du roi Hérode, et Teotokos, la fête de Marie mère de Dieu (1er janvier), qui exalte la figure de la Vierge Marie, à qui est consacrée la Basilique de la Nativité. A ces diverses célébrations, s’ajoutent d’autres solennités et mémoires, liées, pour la majeure partie d’entre elles, aux communautés locales. Parmi les plus importantes, signalons la fête de Ste Catherine (24 novembre), sainte patronne de l’église conventuelle, et qui fut, pendant des siècles la solennité de départ des festivités, et la fête de St Jérôme (30 septembre), docteur de l’Eglise, qui a vécu dans les Lieux Saints de la Nativité. Notons également la mémoire de St Joseph, célébrée dans la chapelle homonyme, et la solennité de Corpus Domini, qui met en évidence l’importance de Bethléem, berceau du Pain de Vie. N’oublions pas enfin les pèlerinages au sanctuaire du champ des bergers (25 décembre), et à la grotte du lait, en mémoire des événements qu’ils rappellent.