Greccio et la tradition des crèches

Giotto, la Nativité à Greccio-Basilique Supérieure de Saint François d'Assise

La mémoire de la naissance de Jésus s’accompagne aujourd’hui de la tradition des crèches. C’est à St François qu’on attribue la conception de la première crèche vivante de l’Histoire. La tradition hagiographique rappelle, mais sans véritable certitude historique, que François, s’étant rendu en Terre Sainte, visita Bethléem, s’en retourna avec le souvenir de la ville où le Seigneur était né, et aurait reproduit l’image de la Nativité en cette fameuse Nuit de Noël à Greccio (1 Celano 84-86).

C’est en tous cas, ce que rapportent les biographes du Saint, Thomas de Celano, ou Bonaventure de Bagnoregio : François, soucieux de rendre cette expérience du Fils de Dieu, humilié et incarné, plus concrète pour les fidèles, mit en place cette représentation. On dit qu’à cette occasion il prépara une mangeoire avec du foin, fit amener un bœuf et un âne, et c’est là qu’il fit célébrer la Sainte Messe, en présence d’une foule de personnes venues de toute la région. Son amour pour la solennité de Noël et sa dévotion pour ce que l’image de la Nativité représente, trouva sa plus grande inspiration dans le mystère de l’Incarnation, où le Saint reconnut l’humilité et la pauvreté dans la naissance du Messie.

Ce mystère se renouvelle dans le sacrement de l’Eucharistie, où Jésus se rend présent chaque jour, au travers des mains du prêtre. Le récit dépeint une scène d’une grande simplicité et tendresse, lorsque François, en cette nuit de Noël du 25 décembre 1223, préparant l’Eucharistie, demanda à son ami Giovanni Velita de rassembler les choses nécessaires pour reproduire le cadre de la naissance de l’Enfant-Jésus à Bethléem, et, comme il le dit lui-même : « voir, avec les yeux du corps, les difficultés où il s’est trouvé par le manque des choses nécessaires à un nouveau-né » (1 Celano).

Arriva la Sainte Nuit, et François, accompagné de ses frères et de quelques fidèles, se rendit dans le lieu prêt avec la mangeoire, le foin, l’âne et le bœuf. Après avoir prêché avec des « mots très doux », voici que l’on voit apparaître l’Enfant dans la crèche. Cette vision prodigieuse bouleverse l’âme et le cœur des personnes présentes, profondément touchées par l’expérience vécue. François voulut rendre plus facile aux fidèles la compréhension du mystère de l’Incarnation. La dévotion, typique de la spiritualité franciscaine, a certainement contribué à développer la représentation de la crèche, pratique encore largement répandue aujourd’hui. En guise de préparation aux solennités, le soir de la veillée de Noël, à l’intérieur de la Grotte de la Nativité, les frères franciscains évoquent l’épisode de la Crèche de Greccio, soit l’épisode de St François d’Assise en contemplation du mystère de l’Incarnation.