La Custodie à Bethléem

Société Antoniana

Ce qui n’était au Moyen-âge qu’une simple présence en un lieu habité principalement par des musulmans, est devenu aujourd’hui un témoignage actif et important pour la ville de Bethléem. Les franciscains y ont toujours protégé et défendu les fidèles chrétiens vivant comme minorité, dans une Palestine à majorité musulmane. Tout cela a permis au nombre de fidèles de la paroisse franciscaine de Bethléem de passer de 128 en 1664, à 5172 en 1909.

La custodie joue un rôle fondamental dans l’aide et l’assistance à ceux qu’on nomme « les pierres vivantes », les communautés chrétiennes locales, et ce, dans tous les Lieux saints. Il est intéressant de noter que les services sont offerts à toute la population, sans distinction de croyance ou de religion. Dans le cas de Bethléem, l’activité est bien structurée et vivante. La contribution des franciscains se développe à plusieurs niveaux, dont la paroisse. Comptons d’autres activités dépendant directement de la custodie : pastorale, écoles de garçons, centre ACL, bureau des services sociaux franciscains.

Il existe aussi d’autres activités de la custodie, mais non gérées directement par elle, comme la Société antonienne. Enfin, après des siècles de présence franciscaine, d’autres centres ont été créés, indirectement liés à la custodie, gérés par des instituts religieux féminins et masculins, lesquels coopèrent en synergie avec les franciscains.